Découvrir ma croisière

Cunard fête ses 180 ans : retour sur cette compagnie mythique et prestigieuse

Le Queen Mary 2, fierté de Cunard, comment cette compagnie de croisières a-t-elle duré aussi longtemps ?

De loin la plus vieille compagnie maritime encore existante voguant sur les océans, Cunard continue toujours autant d’attirer une foule de croisiéristes à bord de ses navires de légende. Amoureux de la belle époque et des années fastes des transatlantiques glamour façon Titanic, Cunard est une ligne de croisière historique oscillant entre authenticité et modernité. A l’occasion de ses 180 ans cette année, nous sommes revenus sur l’histoire de sa création, de ses péripéties jusqu’à sa consolidation en sa place de leader aujourd’hui.

1838 – Un entrepreneur, une idée et le début d’une histoire

Sir Samuel Cunard. ©Wikipedia

Cunard. Son nom impose. Impressionne. Fascine. Mais pourquoi ? Cette compagnie, fondée en 1838 par Sir Samuel Cunard, opérait principalement pour le transport de marchandises et de courriers et s’appelait alors la British and North American Steam Packet Company, avant de se faire connaître quelque temps plus tard sous le nom de Cunard Line.
A cette époque, le gouvernement britannique souhaitait exploiter des navires postaux entre Cornwall et New-York afin d’y acheminer du courrier entre les deux continents. De nombreuses compagnies exploitant des navires à vapeur ont alors proposé d’offrir leurs services, sans pour autant réussir à remporter le marché. C’est à ce moment que Samuel Cunard est arrivé.

Avec aucun navire en sa possession mais 55 000 £ en poche, l’homme d’affaires s’est procuré l’Unicorn, un navire à vapeur qui appartenait à une ligne montréalaise. Par la suite, il a construit trois nouveaux navires : le Britannia, l’Arcadia et le Caldonia. Tous assurent les services de livraison entre Liverpool et Halifax.

Sam Cunard, qui avait alors la solide réputation d’être un homme d’affaires avisé et diplomate fructifia par 10 sa petite entreprise de transport de marchandises. A titre d’anecdote, il a d’ailleurs été intronisé au sein de la très renommée American Society of Travel Agents, pour son rôle fondateur dans le développement des voyages transatlantiques.

« Le 4 juillet 1840, le navire nommé le Britannia, portant le nom de Cunard, quitte le port de Liverpool avec une vache à lait à son bord afin de fournir du lait frais aux passagers de la traversée transatlantique, qui durait alors 14 jours. »

Deux années plus tard, en 1840, l’entreprise qui adopte désormais le nom de Cunard Line introduit quatre navires à vapeur pour effectuer des voyages réguliers entre Southampton et New-York avec à son bord, des cargaisons de fret ainsi que des passagers. Le 4 juillet 1840, le navire nommé le Britannia, portant le nom de Cunard, quitte le port de Liverpool avec une vache à lait à son bord afin de fournir du lait frais aux passagers de la traversée transatlantique, qui durait alors 14 jours.

Vous ne vous rendez peut-être pas compte, mais le Britannia et ses navires jumeaux, étaient de véritables pionniers. Avec ses 1 150 tonnes, le Britannia mesurait 63 mètres de long (nous sommes bien loin des géants actuels avec leurs 333 mètres de longueur). Le Britannia pouvait alors transporter au maximum 115 passagers et 225 tonnes de marchandises pour une vitesse de 9 noeuds. Aujourd’hui les navires atteignent une vitesse de 23 noeuds.

retour sur la compagnie Cunard avec le Britannia, premier navire acheté par Samuel Cunard afin de faire la liaison Cornwall - New York.
Le Britannia, premier navire à entrer en service sous l’appellation de Cunard
[cta id= »11412″ vid= »0″]

1850 – Un concurrent, un naufrage et une remontée

C’est dans les années 1850 que d’autres compagnies ont commencé à offrir des services transatlantiques similaires, et que Samuel Cunard s’est soudainement retrouvé sous l’eau, à lutter pour rester en tête de la concurrence – dont la plupart ont introduit des navires plus gros et plus rapides. Cependant « Sam » Cunard était réputé pour son entêtement, et pendant que ses concurrents utilisaient les dernières technologies, les navires de Cunard étaient encore bloqués dans le passé.

Quand ce dernier vient à décéder en 1865, le modernisme ne toqua pas pour autant à la porte de la compagnie. Son remplaçant, Charles MacIver, était un homme tout aussi traditionnel qui devait de surcroît faire face à la montée en puissance d’une jeune ligne prestigieuse et prometteuse qui dominait le marché : La White Star Line.

« En 1865, alors que Samuel Cunard décède, son successeur, Charles MacIver doit maintenir à flot la compagnie tout en faisant face à la montée en puissance d’une jeune ligne prestigieuse : La White Star Line. »

Cependant, le destin portera secours à Cunard tant la White Star Line, bien que fort prometteuse, semble être condamnée d’avance. Avec le triste naufrage du Titanic en 1912 ainsi que la destruction de deux de ses autres navires pendant la Première Guerre mondiale, la ligne souffre. Elle se fait alors associée à la Cunard Line dans un effort mutuel pour que les deux compagnies puissent s’entraider à garder la tête hors de l’eau.

Il faudra attendre 1881 pour que la compagnie lance son premier paquebot de croisières transportant uniquement des passagers. Dans les années d’après-guerre, Cunard est devenu le premier transporteur de passagers et, en 1863, a lancé un deuxième service pour répondre à ce besoin en faisant des liaisons plus régulières entre Liverpool et New York.

Navire d'exception qui va rallier à vitesse éclaire Southampton à New York, Le Titanic n'arrivera jamais à destination.
Le 10 avril 1912, le Titanic quitte le port de Southampton. ©Wikipedia

Vers la fin des années 1940, la Cunard Line met exclusivement en service le Queen Mary et le Queen Elizabeth pour des croisières transatlantiques. Au cours de son histoire à travers les pages, Cunard a été la seule compagnie à poursuivre la traversée transatlantique régulière des océans par des paquebots après les années 1970. 

D’autres compagnies ont bien essayé de s’approprier un bout de ce marché juteux comme La French Line, l’Italian Line ou encore la United States Line avant leur faillite.  La Swedish America Line, Holland America Line et Home Lines ont poursuivi leurs activités. 

Pour autant, le service de ligne entre New York et l’Europe n’était offert que par Cunard.  Le Queen Mary 2 traversera au fil du temps de nombreuses fois l’Atlantique faisant de la ligne Cunard le seul moyen de traverser ce bout d’océan.

le Queen Mary 2 assure depuis 1940 des liaisons entre Liverpool et New-York
Le Queen Mary, paquebot de transatlantique infatigeable
[cta id= »11412″ vid= »0″]

1940 – Une alliance pour un nouveau départ

Désormais associée avec la White Star Line, la nouvelle compagnie « Cunard-White Star Line » opère avec un trop-plein de navires et qui sont d’ailleurs tous plutôt datés. Plusieurs bateaux appartenant à la White Star Line sont mis au rebut et deux nouveaux navires sont construits : le Queen Mary (1935) et le Queen Elizabeth (1939) , deux navires qui entreront dans la légende.

Cunard finit par racheter la part détenue par la White Star Line et reprend son nom d’origine. La compagnie prospère petit à petit en acquérant un certain nombre de petites compagnies maritimes comme la récente Norwegian American Line et l’Ellerman Lines. Elle introduit de nouveaux navires dont le très réputé Queen Elizabeth 2, qui réinventera l’esprit de l’industrie de la croisière.

« Avec ses cabines luxueuses, ses installations de haute qualité et ses voyageurs toujours de plus en plus nombreux, Cunard connait une nouvelle percée. »

Pour l’anecdote, le Queen Mary a été vendu en 1968 à la ville de Long Beach, en Californie, pour y devenir un hôtel et un centre de conférences. Elle y demeure encore aujourd’hui, prétendument hantée, après avoir été une attraction riveraine plus longtemps qu’elle n’a navigué sur les mers.

Début des années 1990, alors que David Dinkins devient le premier maire noir de New York, Cunard décide de se concentrer exclusivement sur la croisière plutôt que le commerce. Tous les cargos de la compagnie sont vendus et cette décision renforce la place de Cunard au sein de l’industrie du voyage de luxe.

La ligne de croisières est par la suite acquise par Carnival Corporation en 1998, laquelle supervise aujourd’hui l’exploitation de : P&O Cruises, Carnival, Costa, Holland America, Seabourn et Princess Cruises. De facto, le groupe devient le premier opérateur mondial de bateaux de croisières.

Le Queen Elizabeth, autre navire de légende
Le Queen Elizabeth

2000 – la pérennité assurée et une place de leader consolidée

Lorsque Cunard est entré dans le 21e siècle en tant que membre de la Carnival Corporation, elle a commencé à se réinventer pour s’adapter au marché actuel des croisières. Les plus anciens navires ont été remplacés et rénovés. Ainsi, en 1998 (re)naît le Queen Mary 2, suivi du Queen Victoria en 2007 et du Queen Elizabeth en 2010.

En janvier 1998, Cunard met en construction le Queen Mary 2, le plus grand, le plus long, le plus haut le plus cher navire jamais construit qui est baptisé par Sa Majesté la Reine. La preuve, le voici figurant en tête des 10 plus gros navires de croisière au monde. En mai de la même année, le Queen Elizabeth 2 reprend les services de la ligne d’Atlantique Nord entre Souhtampton et New York puis est repositionné afin d’effectuer des croisières à partir de Souhtampton pour le marché britannique. En novembre, le Queen Elizabeth 2 devient le navire le plus ancien ayant servi sous la coupe de Cunard.
Il est vendu en 2007 pour la somme de 100 millions de dollars. Pour conserver une flotte de trois navires, la compagnie a commandé son troisième Queen Elizabeth, un navire de 90 000 tonnes qui est un navire jumeau du Queen Victoria et qui est entré en service en 2010.

En 2017, Cunard a annoncé la commande d’un quatrième navire qui portera son nom actuel. Ce nouveau navire de nouvelle génération qui sera le plus grand de la flotte de la compagnie (en termes de capacité passagers) à son lancement en 2022. Ce navire de 113 000 tonneaux de jauge brute transportera 3 000 passagers et deviendra le premier navire de la ligne à être construit depuis les débuts du Queen Elizabeth en 2010.

Aujourd’hui – Quelles croisières avec Cunard ?

Rendue célèbre pour ses croisières transatlantiques ainsi que par le magnifique Queen Elizabeth 2, Cunard déploie actuellement une flotte de trois navires pour ses passagers. Tous, rivalisant de raffinement, d’authenticité, de luxe et de confort haut de gamme.

A présent, la compagnie se distingue pour ses offres de restauration luxueuse, ses mets raffinés, son service prestigieux et sa décoration toujours à la pointe de l’élégance. Prendre soin de ses passagers et leur offrir le meilleur du monde de la croisière, tel est le mantra appliqué par la compagnie de croisières. Bien que principalement la compagnie vous propose de naviguer dans la mer du Nord ou d’effectuer des transatlantiques, en 2020, la compagnie compte s’exporter vers des mers plus froides en direction de l’Alaska en proposant de tout nouveaux itinéraires. Plus d’informations par ici :

Pour fêter dignement ses 180 ans, Cunard offre donc quelques avantages aux croisiéristes qui souhaiteraient embarquer avec la compagnie pour son anniversaire.
Pour célébrer cet événement historique, Cunard propose d’offre un crédit à bord de 90 USD par personne et par cabine. Pour le détail des opérations, le voici :

  • Réservez votre croisière Cunard pour 2020 pour un minimum de sept nuit d’ici le 30 novembre 2019.
  • A partir de la catégorie balcon, la compagnie offre 90 USD de crédit à bord personne et par cabine. Crédit pouvant monter jusqu’à 180 USD. Ce dernier vous sera automatique crédité sur votre compte lorsque vous serez à bord.

Pour plus d’informations concernant vos futures croisières Cunard, n’hésitez pas à appeler l’un de nos conseillers Croisieres.fr au 04 22 13 61 75.

Laisser un commentaire