On a testé...

Tour complet du Bougainville de chez Ponant

Lundi 3 juin 2019. Le soleil resplendit déjà sur la mer d’huile de la Riviera. Aucun nuage n’est à l’horizon. Une brise légère permet aux premiers passants et vacanciers d’apprécier pleinement la tranquillité de ce début de journée. Au milieu des bateaux et des coureurs matinaux, trône un navire qui, lui, se repose quelques heures à quai au port de Nice afin de se tenir prêt à voguer jusqu’à Monaco. Ce paquebot, c’est le Bougainville, avant-dernier de la flotte Ponant avant la sortie de son sister-ship le Dumont-d’Urville. Voici le tour complet du Bougainville.

Louis-Antoine de Bougainville était un officier de marine, navigateur et explorateur français. C’est d’ailleurs lui qui a mené, en tant que capitaine, le premier tour du monde officiel français de 1766 à 1769. Les bougainvilliers et leurs fleurs ont d’ailleurs été nommées sous son nom, en honneur aux spécimens qu’il avait récoltés au Brésil.
En tant que fer de lance de la croisière française, c’est donc sûrement pour toutes ces raisons que la compagnie hexagonale Ponant a décidé de lui rendre hommage en appelant de cette façon son dernier bateau d’exploration, le Bougainville.

Le Bougainville, accosté au port de Nice

Le fait est que le Bougainville, sorti des eaux le 5 avril 2019, est une nouvelle fois la preuve de l’élégance à la française dans le monde de la croisière et du luxe. Navire de 127 mètres de large, composé d’une coque extérieure bleue marine et d’un blanc nacré qui en font un bateau d’aspect sobre et sans fioriture. C’est aussi en tout et pour tout 92 cabines et suites pouvant accueillir un maximum de 180 passagers ainsi que 110 membres d’équipage.
Un restaurant principal, une piscine, sept ponts, une zone SPA ainsi qu’un salon d’observation nommé le Jules Verne (également présent à bord de tous les navires de la classe exploration). Le tout vogue à une allure moyenne de 18 nœuds, mais préférant une vitesse régulière de 12 nœuds afin de préserver les fonds marins et les océans. Bâti sur le même aspect que ses sisters-ships, le Champlain et le Laperousse, le Bougainville dénote des autres paquebots par ses tons taupe, beige clair et noisette.

Point de vue de l’arrière du bateau

Tour complet du Bougainville

Pour ce tour complet, Commençons par le commencement, la visite du Bougainville s’effectue en premier par une rapide inspection de l’atrium situé sur le pont principal. Hall d’accueil, passerelle vers le pont extérieur, les cabines et ascenseurs ainsi que les deux seules boutiques à bord, l’entrée principale du paquebot est aussi ravissante qu’élégante. S’en dégage d’ailleurs une légère odeur d’ambiance, juste quelques notes assez subtiles afin de ne pas ennivrer les sens.
S’en suit une brève inspection du salon lounge d’une superficie de 200m2 pouvant accueillir à la fois des maîtres conférenciers, des croisiéristes souhaitant simplement siroter un cocktail ou encore un pianiste et quelques musiciens jouant un buff le temps de quelques instants.

Visite du hall d’accueil du Bougainville avec ses boutiques


Un endroit où le calme et la sérénité règnent. Deux mots faisant office de mantra au milieu de cette décoration aux couleurs chaudes et apaisantes. Quelques pas plus loin, se présente devant nous une large baie vitrée offrant une terrasse ensoleillée et quelques tables pour déjeuner à l’extérieur.

Si nous nous avançons jusqu’à la rambarde au bout de ladite terrasse et que nous nous penchons un petit peu vers le bas, nous pouvons admirer la petite et très jolie piscine du Bougainville. Ici pas de quoi faire des longueurs de natation digne d’un bassin olympique, ça c’est sûr, puisqu’elle est plutôt conçue pour simplement se rafraîchir et prendre un peu l’eau face à la mer sous la chaleur torride de l’été. En bref, elle peut vous paraître petite mais elle est proportionnelle à la taille du yacht. La particularité de ce bassin c’est que son fond est vitré, offrant ainsi une très belle vue de l’extérieur du bateau sur son eau turquoise ainsi qu’une nouvelle preuve de l’ingénierie française. Très Instagram tout ça. Quelques minutes à inspecter les lieux passent et cette visite s’enchaîne vers le point d’orgue du Bougainville, le salon « sous-marin », le Blue Eye.

1. Un bar sous les eaux

Le fameux bar dans la coque du navire, le Blue Eye

Sur le papier, le Blue Eye c’est la promesse d’un bar construit à l’intérieur de la coque du navire, composé de deux parois transparentes dont la forme ovale fait rappeler celle d’un œil de cétacé. Tout autour sont installés des sofas et banquettes afin de d’apprécier à un niveau inégalé la dégustation d’une boisson en admirant les profondeurs océaniques.

L’offre alléchante de voir apparaître bancs de poissons, tortues, méduses ou mieux encore dauphins et autres mammifères marins nous faisait totalement rêver.
C’est donc avec énormément d’appréhension, d’attente et d’images en tête que nous sommes descendus dans les entrailles du paquebot, bien en-dessous des eaux, à l’intérieur de ce qui serait non un simple bar sophistiqué, mais une expérience multisensorielle.

Le Blue Eye ne se situe non pas tout du long du paquebot, mais vers la proue du bateau. Composé d’un petit bar central et de deux côtés latéraux avec leur propre paroi vitrée. Au cours de la visite, nous avons appris que ces deux yeux vitrés étaient élaborés à partir de 19 couches de verres.
Après avoir passé une inspection minutieuse par une commission agrée qui a fait subir moult tests aux parois, Ponant a finalement obtenu l’autorisation d’intégrer cette prouesse technologique dans ses quatre bateaux de la classe explorer. Garanti sans danger donc.

Au final, plus qu’un aquarium nouvelle génération, le bar se révèle être une expérience sensorielle incroyable. A l’intérieur, le chant des cétacés résonne comme si on pouvait les entendre naviguer tout près nous. Une fois assis, ce sont les sofas qui prennent la relève. La main posée sur le cuir du fauteuil et vous ressentez directement les vibrations et l’acoustique du lieu. Qui plus est, le bar joue aussi avec la luminosité des panneaux LED qui retransmettent les images des fonds marins. Bref, le Blue Eye ne rate pas son effet en nous en mettant plein la rétine.

2. Dans les entrailles du bateau

La visite du Bougainville se poursuit ensuite avec la découverte d’une cabine-suite. 18 mètres carrés, salle de bain séparée de la chambre avec une douche à l’italienne, balcon privatif avec quatre sofas, un dressing ainsi qu’un coin salon avec table, canapé et écran plat, composent cette suite que nous visitons. La minutie et le raffinement des matériaux utilisés pour la meubler font toute la différence.

Point de vue du balcon

Les cuirs, daims, draps satinés, bois et carreaux de mosaïques constituant le carrelage de la salle de bain peuvent paraître anodins de prime abord mais deviennent essentiels lorsque nous arrivons à tel un niveau de luxe et de prestige. Tout doit être détaillé et parfait, au centimètre près.

A l’intérieur du Spa du Bougainville

La suite continue avec une brève explication du sous-commandant de bord à l’intérieur de la salle des machines et des instruments à bord. Lequel nous explique que, dorénavant, la compagnie française s’inscrit dans une démarche de préservation de l’environnement. Avec des moteurs à émissions réduites certifiés IMO TIER III, le Bougainville a obtenu la certification « clean ship ».
Autrement dit « bateau propre ». Avec un traitement des eaux usées, une interdiction des plastiques à usage unique (comme les pailles) et la construction de moteurs hybrides pour ses futurs bateaux, à l’instar du Commandant Charcot, Ponant souhaite véritablement s’inscrire dans une démarche éco-responsable et environnementale. Afin de préserver la fragilité et la beauté des océans.

3. Une visite qui se termine…

Nous poursuivons sur ce même pont avec la découverte du SPA. Sauna, salle de massage, salle de sport composée tout de même de trois tapis de course et deux elliptiques, ainsi que de « l’eau détox » et une machine Nespresso sont à disposition des clients. Encore une fois, tout est dans le détail et le prestige. La beauté du SPA repose surtout sur ses magnifiques baies vitrées offrant une vue panoramique sur la mer.

Vous imaginez vous prélasser ici ? Nous oui !

S’enchaîne alors une inspection des ponts extérieurs, offrant une vue imprenable sur les falaises Niçoises et sur son port, mais aussi sur la piscine du paquebot que nous avons abordée un peu plus haut. Puis quelques minutes après, nous découvrons une petite galerie d’art tout en sobriété mettant en avant plusieurs photographies de voiliers, et tout au bout du couloir, le fameux salon d’observation Jules Verne présent à bord de tous les sisters-ships.

Le salon d’observation Jules Verne

Lequel nous offre une vue panoramique vers le large, une petite bibliothèque ainsi qu’une machine de barista Nespresso. Encore une fois, le luxe est présent dans chaque recoin du navire. A noter que Ponant, étant une compagnie française, propose en priorité un service à bord francophone. Sans pour autant négliger les autres nationalités avec un accompagnement anglophone.

Finalement la visite se termine, là où elle avait commencé, dans l’atrium. Un dernier coup d’œil sur les énormes lettrages blanc qui ornent la coque du navire une fois sorti, et nous voilà (re)partis. Peut-être que la prochaine fois, ce sera vous qui aborderez à bord ?

4. Les prochaines destinations du Bougainville

Pour cette saison 2019/2020, le Bougainville naviguera vers les îles Grecques, les Seychelles, la Mer Noire, Méditerranée et en Sicile.

Si par ailleurs, vous désirez connaître toutes offres de croisières et destinations de la compagnie Ponant à bord du Bougainville, nous vous invitons à cliquer sur ce lien pour plus de détails.

[Form id= »1″]

Laisser un commentaire